Maxime Bonneuil
Audioprothésite diplômé d’Etat
Spécialiste de l’audition
Appareillage de l'enfant et de l'adulte

09.82.45.30.07
(prix d'un appel local)
Préserver son audition > Ados et musique, le vrai danger

Ados et musique, le vrai danger

Effets néfastes de la pollution sonore sur la santé

Un exemple bien connu des parents est le problème de la musique amplifiée, qu’enfants et adolescents écoutent sur leur baladeur MP3. Un jeune qui écoute régulièrement sa musique au volume maximal dépasse la limite sécuritaire après seulement une minute d’écoute par période de 24 heures ! À certains niveaux

Il a été montré que des jeunes écoutant leur musique de façon constante à haut niveau risquent de se retrouver, dix ans plus tard, avec une audition comparable à celle d’une personne de 75 ans.


En plus des risques de surdité et de la présence d’acouphènes, les incidences du bruit sur la santé sont nombreuses pour les citoyens de tous âges. Perturbation du sommeil, fatigue, manque de concentration à l’école et au travail, stress, augmentation de la tension artérielle et des risques cardiaques sont autant d’effets néfastes pouvant être causés par le bruit.

DES RISQUES RÉELS

De plus en plus de recherches tendent à appuyer le fait que les baladeurs peuvent causer une perte auditive lorsque leur utilisateur ne fait pas preuve de prudence. Les risques varient en fonction du type d’écouteurs, de la durée d’utilisation et de la variation du volume choisi.


Il semble que les petits écouteurs qui s’insèrent complètement dans l’oreille sont plus problématiques que les casques d’écoute portés sur les oreilles. Plus l’utilisation est prolongée, plus grands sont les risques que les dommages aux oreilles soient permanents. Il est admis qu’à des niveaux de 90 dB des dommages sont possibles et, malheureusement, la plupart des appareils offerts sur le marché permettent un volume atteignant 120 dB, c’est-à-dire plus fort que celui d’un marteau piqeur.

LES ADOS, LA CLIENTÈLE LA PLUS À RISQUE

Alors que les étudiants sont les plus grands utilisateurs de cette technologie (les personnes qui en reçoivent le plus souvent en cadeau sont les adolescents de moins de 18 ans), leurs habitudes d’écoute en font une population à risque. En effet, les études démontrent que les ados (surtout les garçons) utilisent leur lecteur MP3 plus longtemps et à des volumes plus élevés que tous les autres utilisateurs.

COMMENT PROTÉGER SES OREILLES ?

Le fait qu’il y ait des risques ne signifie pas qu’il ne faut pas en utiliser. À bas volume (moins de 80 dB), les sons ne causent pas de problèmes. En mettant en pratique les conseils suivants, il est tout à fait possible de bénéficier des avantages de ces petits lecteurs de musique sans endommager ses oreilles. La règle d’or à appliquer est 60-60, c’est-à-dire qu’en aucun moment le volume utilisé ne devrait dépasser 60 % du maximum du volume possible de l’instrument, et que l’utilisation de l’appareil ne devrait jamais excéder 60 minutes dans une journée.
D’autres moyens sont envisageables pour s’assurer de l’usage adéquat des lecteurs MP3. Premièrement, le volume de la musique devrait permettre à l’utilisateur de tenir une conversation avec une personne située à un mètre d’elle. De plus, les personnes présentes autour de l’usager ne doivent pas être susceptibles d’entendre la musique.

Enfin, un test « maison » permet de savoir si le volume utilisé est sécuritaire : en mettant l’écouteur dans sa main fermée et en réglant le lecteur au volume souhaité, il ne faut pas entendre la musique.

Bref, malgré les risques existants d’une utilisation inadéquate, les lecteurs MP3 font partie de la vie d’aujourd’hui et, en prenant certaines précautions, il est possible de jouir de leurs bienfaits sans crainte. Enfin, des études ont démontré que nos ados se sentiraient même plus concernés par les risques de perte auditive que les adultes, comme quoi on a tout intérêt à leur faire confiance une fois les règles d’utilisation transmises !